Maintenant établi depuis 10 ans dans le département de la Meuse, Le Vent des Forêts tente la délicate jonction entre art et milieu rural. Les œuvres d’art sont en effet disséminées dans la forêt au gré de circuits de marche. Pour notre part, au vu de la chaleur estivale, nous nous contenterons du « petit » parcours, à savoir le court circuit thématique (un peu moins d’une heure tout de même) qui présente 6 nouvelles œuvres.



Passé la crainte des taons présents sur le chemin, Le Vent des Forêts interroge, mais peut-être pas dans le sens où nous l’aurions espéré…Il interroge sur la portée d’un tel événement. Il apparaît comme évident qu’il n’est pas accessible à tout le monde (déjà faut-il venir dans les environs de Laheymeix, et encore faut-il être suffisamment en bonne condition physique pour marcher une heure au minimum – rappelons ici que les autres circuits s’échelonnent entre 3h30 et 5h00 de marche…). Mais plus encore il interroge sur son thème même : les œuvres et leur contenant. Sur le court circuit thématique, les œuvres se comptent rapidement (6) et surtout ne sont pas explicitées : ni l’artiste ni le titre ne sont indiqués et par conséquent aucune notice explicative, si courte aurait-elle été, n’est présente. Dès lors comment comprendre l’œuvre dans son milieu ? Ou alors peut-être faut-il un randonneur aguerri ayant suivi toute une thématique d’histoire de l’art contemporain pour en saisir la portée ?

Le projet était fort encourageant ; mettre l’art où il ne se trouve pas. Presque une sorte d’art dans le chemin... Mais de par la relative inaccessibilité des œuvres et leur caractère impénétrable pour le newbie en art contemporain, le rendez-vous semble, hélas, manqué.



Renseignements : www.leventdesforets.com