Le jour s’est abattu. Lentement, l’ancienne chapelle a vu la lumière décroître, offrant enfin l’écrin attendu pour Thee, Stranded Horse, précédé d’un Man’Ok plus que convaincant. Eclairé des trois lampes jonchant le sol, entre arpèges et chant il invitait là à un voyage en soi, méditatif comme l’on ne l’avait plus connu depuis longtemps. Contrées méditatives décuplées par le lieu d’architecture religieuse qui offrait une forte résonance. Alors que dire, sinon que c’était beau à pleurer, dénudé, désespéré mais plein de lumière, rare.

http://www.manok.org/
http://www.myspace.com/theestrandedhorse
http://www.myspace.com/assomonolithe